Vous êtes dans : Accueil > Economie de la culture

Economie de la culture

La musique, principale pourvoyeuse d’emploi pour les intermittents du spectacle vivant (source Irma)

La CPNEF-SV (Commission Paritaire Emploi-Formation Spectacle Vivant) publie le tableau de bord statistique consacré à l’emploi des salariés intermittents du spectacle vivant à partir des données de Pôle emploi 2011.

En 2011, 153 408 salariés intermittents ont exercé dans le spectacle vivant, dont 70% dans les domaines artistiques, 26 % dans les domaines techniques et 3,5 % dans les domaines administratifs. C’est ce que révèle le tableau de bord de la CPNEF-SV, publié en ce mois de mars 2014. Édité dans le cadre de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications, il vient compléter les données du Groupe Audiens.
Il présente des indicateurs statistiques inédits, notamment un zoom sur les salariés intermittents, c’est-à-dire les salariés engagés en CDD qui ont travaillé au moins une heure au cours de l’année pour un employeur relevant du champ d’application des annexes 8 et 10 du régime général de l’Assurance chômage (branche professionnelle ou Guso). Les indicateurs présentés portent donc sur l’ensemble des effectifs, qu’ils soient indemnisés ou non au titre des annexes. Il propose également un ciblage uniquement sur le spectacle vivant, à l’exclusion de l’audiovisuel, et une approche "métier" qui permet de connaître l’activité des salariés. Ainsi, si l’on ajoute l’audiovisuel, Pôle emploi a comptabilisé, pour l’année 2011, 254 394 salariés intermittents du spectacle.
Lire l’article

La musique fait son crowdfounding

(Focus du Mois de mars 2014 / source IRMA).
À l’heure des réformes, celle du crowdfunding est en cours. En France, les montants récoltés ont triplé en un an et l’assouplissement annoncé du cadre législatif ouvre des perspectives pour renforcer cette croissance.
Une opportunité qui ressemble à une roue de secours pour des acteurs culturels et des projets musicaux qui figurent au premier rang des collectes réussies sur les plateformes. Entre la fraîcheur qu’il apporte au marketing musical et les effets pervers de sa mécanique, tour d’horizon du financement participatif de la musique.

Autant le dire : les mots ont changé, mais le financement participatif n’a rien de neuf, y compris en musique.
Combien de groupes de rock alternatif des années 80, ou d’organisateurs de soirées électro la décennie suivante, ont eu recours à des souscriptions ? L’autoproduction depuis qu’elle existe s’appuie dans l’ombre sur la solidarité des proches. Plus récemment, en 2008, La Route du rock a survécu à un déficit de 200 000 € grâce à un appel au don… Ce qui est nouveau quand on parle de crowdfunding, c’est qu’il existe des plateformes identifiées et dont la visibilité, couplée à la viralité des outils web, permet de toucher plus de monde. En France, ces plateformes ont récolté près de 80 M€ [1] l’an dernier, trois fois plus qu’en 2012 et dix fois plus qu’il y a deux ans !

Lire ici l’article et les interviews

Nouvelles modalités d’intervention du Fonds d’avances aux industries musicales (FAIM) / 2014

L’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC) fait évoluer les modalités d’intervention du Fonds d’avances aux industries musicales (FAIM). En accord avec le ministère de la Culture et de la Communication et la Caisse des dépôts et consignations, deux améliorations viennent d’être apportées aux règles d’engagement et de fonctionnement du FAIM.
Mise en place d’une procédure simplifiée et accélérée d’instruction et de décision :
- pour les avances de 50 000 euros ou moins ;
- pour les avances d’un montant inférieur à 100 000 euros et d’une durée de moins de 36 mois, si l’entreprise demandeuse a bénéficié, dans les six mois qui précèdent sa demande, d’une aide du ministère de la Culture et de la Communication ou d’un organisme d’intérêt général du secteur (Bureau Export, Fonds pour la création musicale, etc.)...

En savoir plus ici

Midem 2014 / Aurélie Filippetti : "doter la musique d’un outil au service de la filière"

Très attendue sur la croisette après l’annonce de l’élargissement à venir du CNV, la ministre Aurélie Filippetti ne s’est pas montrée plus précise sur le financement et le calendrier. Tout au long du week end, les organisations professionnelles ont réagi, entre envie et prudence.
Attendait-on le pilote d’une improbable saison 2 au Palais des festivals pendant ce week end de Midem ? Il y a 2 ans, la filière rassemblée se penchait sur le berceau du futur Centre national de la musique (CNM), projet avorté quelques mois plus tard après l’élection de François Hollande et l’arrivée d’Aurélie Filippetti rue de Valois. Cette année, deux jours avant l’ouverture du marché du disque et de l’édition musicale, la ministre avait pris tout le monde à contre-pied en annonçant la résurrection d’un CNM basé sur l’élargissant des compétences du Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV). Son discours du dimanche matin était donc très attendu. S’il n’a pas apporté de précisions, il s’est voulu volontariste.
Lire l’article
(source IRMA)

L’ABF Auvergne soutient les librairies

Le bureau du groupe Auvergne de l’Association des bibliothécaires de France publie un texte de soutien aux librairies :
Devant la fragilité avérée du réseau des librairies en Auvergne qui connaît des difficultés sans précédent, le groupe régional Auvergne de l'Association des bibliothécaires de France tient à exprimer sa vive préoccupation. Il s'associe aux démarches entamées ici et là pour réaffirmer le caractère indispensable de cette activité culturelle dans l'accès à la connaissance et le débat d'idées. Le service de proximité et de qualité offert par les librairies est apprécié des auvergnats et utile à toute l'inter-profession du livre. Dans la période paradoxale d'abondance informationnelle grâce à l'internet mais de concentration et de durcissement dans le secteur des industries culturelles, les librairies continuent de jouer un rôle précieux pour les publics et les collectivités.
Le groupe régional Auvergne de l'Association des bibliothécaires de France s'associe aux marques de soutien exprimées ces derniers mois tout en appelant de ses vœux la construction d'une plus grande culture interprofessionnelle partagée.
Dans ce cadre, l'ABF Auvergne est d'ailleurs prête à s'associer à toute démarche qui contribuerait à renforcer tous les acteurs de l'information-documentation en région, dans la compréhension et le respect des cadres administratifs et économiques de chaque partie.
Le groupe régional Auvergne de l'Association des bibliothécaires de France / A retrouver en ligne : http://www.abf.asso.fr/4/398/1474/ABF-Region/la-situation-des-librairies-en-auvergne

Un CNV élargi pour accompagner le financement du secteur de la musique (source Irma)

La ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti a annoncé la réforme à venir du Centre national de la chanson, des variétés et du jazz, pour élargir ses compétences et son domaine d’intervention à l’ensemble du secteur musical.
Le sens du timing, c’est ce dont a fait preuve Aurélie Filippetti, en annonçant, deux jours avant l’ouverture du Midem à Cannes, l’élargissement de la mission du Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV). Dans une interview à l’AFP, la ministre a en effet envoyé un signal fort à la filière musicale, en réactivant le projet d’un Centre national de la musique. Le CNV, établissement public dédié au spectacle vivant de variétés, va ainsi être réformé pour "accompagner l’ensemble de la filière musicale" et "devenir le réceptacle du financement dédié à la musique".
lire l’article

Sarah Brunet (DGMIC) : "Mettre en place, de façon pérenne, des dispositifs de soutien plus larges" (source IRMA)

En fin d’année 2013, le ministère de la Culture et de la Communication mettait en place un plan d’aide conjoncturelle en direction des TPE et des plateformes. Sarah Brunet, responsable du pôle musique, revient sur la spécification de ces aides, et détaille l’action de la Direction générale des médias et des industries culturelles en faveur du secteur musical.
Lire l’interview

Le streaming est en train de transformer l’industrie musicale" (source IRMA)

Éditeurs, producteurs, artistes, institutionnels, journalistes, plateformes, avocats… 20 personnalités du secteur musical expliquent pourquoi, selon elles et eux, le streaming sera (ou pas !), le sujet phare de l’édition 2014 du Midem.
Lire les interviews

L’Adami ouvre 4 nouveaux programmes d’aide / 2014

Après une consultation, la division Action artistique de l’Adami ouvre 4 nouveaux programmes d’aide, pour coller "aux nouvelles réalités de la production phonographique et audiovisuelle" : Adami 3D, aide à la promotion phonographique, soutien à la web série et Adami 365.

Chiffres CNV sur les festivals : un développement qui interroge l’avenir (source IRMA)

Le CNV a publié cette semaine l’actualisation des données économiques sur les festivals, pour la période 2008-2012. Confirmant la montée en puissance des festivals, elle fait apparaître des contrastes forts entre les événements. Entre hausse des charges, croissance modérée des soutiens et marge de manœuvre de moins en moins grande sur la billetterie, l’avenir des festivals pose question. L’étude fera l’objet d’une présentation lors des BIS.

Partager cette page sur

Envoyer cette page par courriel Haut de page